"Ma tête vacillait tant et si bien que je suis tombé. 
Là, je n'ai plus rien entendu. Ni la voix grave du grand avec tous ces appareils collés à moi, ni ses pleurs à elle, ni ses phrases, toujours les mêmes, celles que je connais depuis longtemps, celles que je sais lire dans chacun de ses regards.
Le noir et le froid m'ont envahi progressivement. 
J'allais partir. Six ans après avoir trouvé ma maison, ma famille, ma partenaire.
Et soudainement, je me suis souvenu qui je suis, d'où je viens et surtout à quel point j'aime ma vie. 
Alors je suis revenu de là où le grand n'avait jamais vu un cheval revenir. 
J'ai vu leurs yeux. Et ses yeux à elle qui pleuraient toujours mais je crois qu'elle comprenait pas bien pourquoi. 
J'ignore combien de temps s'est écoulé. J'ignore si je pourrais de nouveau galoper, me rouler ou même saillir. 
Mais ce que je sais, c'est que mes trois humains ne m'abandonneront jamais."

 

Samedi 11 juin, Aïnhoa Enfin était victime d'un grave accident cérébral, vraisemblablement dû à une sévère intoxication.

De longues heures se sont écoulées durant lesquelles nous le voyions partir et nous avions perdu tout espoir de le voir de nouveau à nos côtés.
Et pourtant, il l'a fait.
Aïnhoa Enfin est revenu de l'autre côté, il a vaincu l'état comateux et l'hypothermie qui l'emportaient loin de moi. 
Plus fort que la mort.
Mon incroyable guerrier ne m'a jamais lâchée, son courage aura toujours raison des kilomètres comme des coups durs.
Plus que jamais, nous sommes liés.

Je souhaite en ce journal remercier toutes les personnes qui ont soutenu Enfin lors de l'accident et qui continuent à le soutenir dans sa convalescence.
Vos mots, vos attentions, votre gentillesse m'ont touchée et tellement aidée en cette difficile période.


Aussi, je remercie la clientèle d'Aïnhoa Enfin pour sa compréhension car nous avons dû cette année mettre un terme à la saison de monte plus tôt que prévu. Les messages de ceux qui ont décidé de remettre leur projet à 2017 pour laisser à Enfin le temps de se remettre complètement m'ont bouleversé car je me suis retrouvée dans ces choix de coeur plus que de commerce.


Aïnhoa Enfin s'est battu et à présent il va lui falloir du temps pour se remettre, mais je ne doute pas qu'il faudra compter avec lui au printemps prochain. 


Merci à vous tous.
Sophie

13575779_10209700824707959_6477366719395676503_o

Chériden Fontanelle auprès de son papa, Aïnhoa Enfin